Les cycles des hommes

(Ils en ont, eux aussi)

TITRE ORIGINAL « Men’s Cycles (They Have Them Too You Know) »

Note de la directrice de publication : dans le cadre de la Journée de l’hygiène menstruelle, le 28 mai, Ms. ublie à nouveau cet article devenu une référence depuis sa première publication en 1972. L’autrice de l’article original (ci-dessous) est la docteure Estelle Ramey ; sa petite-fille, Jessica Stender, juriste féministe et contributrice de notre magazine a rédigé l’introduction afin de revisiter à l’aune du jour les sujets explorés par Estelle Ramey en 1972.

L’affirmation que « l’anatomie définit notre destinée » a confiné les femmes durant des siècles. Derrière cette affirmation se cache l’idée que les hormones des femmes les rendent inaptes à exercer des responsabilités.

En 1970, le docteur Edgar Berman, médecin du vice-président Humphrey et membre du Comité sur les priorités nationales au sein du Parti démocrate américain, réfutait la déclaration de Pasty Mink, parlementaire américaine, qu’une femme pourrait être présidente. Il arguait de leur comportement « déséquilibré lors des tempêtes hormonales mensuelles. »

La femme qui devait lui faire ravaler ses arguments était ma grand-mère, la docteure Estelle Ramey.

Dans une lettre ouverte publiée dans le Washington Star, elle s’étonnait qu’en qualité d’endocrinologue (spécialiste de l’étude des hormones) « On lui apprenne que les hormones ovariennes se révélaient toxiques pour les cellules cérébrales. » Les deux protagonistes entamaient alors un long débat extrêmement médiatisé par le National Women’s Press Club (le National Press Club excluait à l’époque toute adhésion de femme). Leur confrontation s’élargit au final pour sensibiliser le grand public à l’invalidité scientifique de l’argument.

Dans son article « Men’s Cycles (They Have Them Too You Know) » publié dans le premier numéro de Ms. Magazine en 1972 et reproduit ici, la docteure Ramey révélait le sexisme inhérent aux affirmations comme celle du docteur Berman. Elle expliquait que les variations hormonales touchent tous les êtres humains. En outre, et on le reconnait moins volontiers, les hommes traversent aussi des cycles hormonaux mensuels qui causent des changements d’humeur, d’énergie et de bien-être d’une manière générale.

Elle soulignait combien le déni total de cette réalité, d’une part, empêche de comprendre les répercussions de ces cycles sur la santé physique et mentale des hommes, et d’autre part, perpétue le mythe de l’infériorité des femmes basée sur leur différence biologique par essence.

La docteure Ramey insistait sur le fait qu’« il existe bien plus d’aspects humains et identiques chez les mâles et les femelles Homo Sapiens que de différences. »

Le point de vue de la société dans son ensemble a indubitablement évolué quant aux capacités des femmes, mais elles continuent d’être dénigrées et de se voir refuser des postes de pouvoir au motif d’une infériorité physiologique.

Il suffit d’observer l’occupant actuel de la Maison blanche qui suggérait crument que la reporter Megyn Kelly avait ses règles après qu’elle l’ait interrogé pendant un débat présidentiel, et qui ne cesse de faire des commentaires humiliants sur l’apparence, la vraie place des femmes et leur résistance émotionnelle. Il qualifiait ainsi Hillary Clinton d’«instable », de « déséquilibrée » et de « détraquée ».

Comme le faisait remarquer la docteure Ramey, une reconnaissance sociétale au sens large des similarités inhérentes aux deux sexes imposera de mettre fin au « mythe de la stabilité biologique masculine ». Cet impératif n’est pas devenu réalité, peut-être parce que « la logique n’a pas grand-chose à voir avec la volonté de consacrer et de justifier un système de domination. »

Les cycles des hommes (Ils en ont, eux aussi)

 « La domination masculine repose sur la croyance que les femmes sont des hommes infirmes, parce qu’elles ont des cycles et ne possèdent pas de baguette divine. »

Tôt ou tard, lors de toutes les polémiques de fin de soirée au sujet des femmes, quelqu’un (généralement un homme) sort son atout.

« Vous devez bien reconnaître », commence l’accusateur empreint de rationalisme et de paternalisme, « que les femmes sont biologiquement différentes des hommes. »

Cette entrée en matière donne le signal des revendications du type « Vive la différence » ou d’autres boutades sexuelles. Ce à quoi, la partie défenderesse (souvent une femme) avance l’argument de la justice sociale noyée sous les insinuations et les rires gras.

En tant qu’endocrinologue, je sais depuis un moment que les hommes et les femmes présentent des différences. Toutefois, il existe bien plus d’aspects humains et identiques chez les mâles et les femelles Homo Sapiens que de différences. Nous commençons toutes et tous à comprendre que « la différence » quand elle concerne les femmes ou les hommes d’autres races, a été exagérée et curieusement interprétée jusqu’à devenir synonyme d’«infériorité ».

En réalité, les accusations et les rires si fréquents dans les conversations de salons ressemblent de près à une profession de foi : une forme de louanges de la grande doctrine freudienne que « l’anatomie définit notre destinée ».

Toute justification rationnelle de discrimination sexiste devenant de plus en plus compliquée à trouver, et plus encore à argumenter, l’urgence de la domination masculine religieuse se fait ressentir plus intensément. Une vague de pseudo biologie et de pseudo anthropologie s’est récemment abattue sur le secteur de la presse. Incarnée par Lionel Tiger, elle repose sur la croyance que les femmes devraient se comporter comme les femelles babouins. Impressionnante recrudescence auto-protectrice de cette religion en vogue !

Dans les faits, la religion s’adosse à la croyance que les femmes sont des hommes infirmes, défaillantes par essence, puisqu’il leur manque la baguette divine.

(Il est manifeste que les Déesses Mères ont fait l’objet d’adoration précisément pour la raison inverse, à savoir qu’elles possèdent un utérus, dont les hommes sont privés, mais la volonté de consacrer et de justifier un système de domination l’emporte sur toute logique.)

En outre, la régularité et le calme du comportement des hommes manquent aux femmes, parce que les femmes souffrent d’une forme d’aliénation mensuelle imposée par le rythme lunaire de leurs hormones sexuelles. Les hommes, selon cette théorie, sont des leaders naturels, doués d’une stabilité biologique à toute épreuve.

Soyons équitables, le spectacle récurrent des saignements menstruels a dû sérieusement décontenancer les populations primitives. Pour les hommes, les effusions de sang sont toujours associées aux blessures, à la maladie ou à la mort. Seule la moitié féminine de l’humanité possédait cette aptitude magique à saigner à profusion et à se relever de ce bain de sang, telles des phœnix, chaque mois.

Cependant, les connaissances humaines ayant désormais dépassé la phase imaginative d’élaboration des mythes pour expliquer les événements les plus visibles de la nature, nous devrions désormais être en mesure d’accepter et d’étudier les preuves moins visibles des cycles à l’œuvre chaque mois, chaque jour, dans tous les êtres vivants : hommes, femmes, plantes et animaux.

Car, OUI, les hommes ont des cycles mensuels ! Leur manifestation est peut-être moins spectaculaire, mais les variations mensuelles n’en sont pas moins réelles.

Au Danemark, par exemple, une étude méticuleuse menée pendant seize années a analysé les urines masculines pour observer la variation des taux d’hormones sexuelles masculines qu’elle contenait. L’étude conclut que le flux et le reflux des hormones suit très nettement un rythme de 30 jours.

D’autres études ont observé les changements d’humeur chez les hommes. Ainsi, il y a plus de quarante ans, feu le docteur Rex Hersey était convaincu que l’on se trompait sur la stabilité et la régularité de la production quotidienne des ouvriers d’usine. Pendant un an, il a étudié les cadres et les ouvriers en se concentrant sur un groupe d’hommes qui semblaient particulièrement bien à leur place et à l’aise dans leurs tâches.

En combinant quatre entretiens quotidiens avec les ouvriers, des examens corporels réguliers et une série d’entretiens complémentaires avec leur famille, il est parvenu à dresser des tableaux par individu, qui dessinent leur variation émotionnelle de manière prévisible selon un premier rythme de 24 heures et un autre plus long d’environ un mois (quatre à six semaines).

Les périodes d’énergie en berne se caractérisaient par une certaine apathie, de l’indifférence ou une tendance à exagérer des incidents mineurs hors de toute proportion. Les périodes fastes se distinguaient souvent par un sentiment de bien-être, d’énergie, un poids inférieur et un moindre besoin de sommeil.

Chaque homme avait tendance à nier être plus ou moins irritable, plus ou moins aimable à différentes phases de son cycle, mais les tests psychologiques normalisés mettaient clairement en évidence qu’il répondait d’une manière très différente à la même situation stressante selon la phase de son cycle. Ce déni par les hommes d’une cyclicité traditionnellement acceptée par les femmes constituerait un facteur primordial : une épée à double tranchant, pour les hommes comme pour les femmes.

L’acceptation par les femmes de leur cycle mensuel, voire leur obsession à cet égard, pourrait en accentuer inutilement les effets. Ainsi, les femmes activement impliquées dans un travail satisfaisant et valorisant constatent nettement moins de gêne ou de troubles émotionnels pendant leur phases biologiques hautes et basses que celles qui s’ennuient ou sont reléguées à des travaux abrutissants.

Même l’analyse des statistiques scientifiques subit un biais culturel. Les gênes menstruelles sont considérées normales chez les femmes, à juste titre, car 60 % des femmes les mentionnent.

Pourtant, le pendant de cette observation, à savoir que 40 % des femmes ne constate aucun symptôme cyclique, est passé sous silence. Or 40 % des femmes, ça n’est pas rien.

Par ailleurs, on souligne toujours combien les femmes ont plus d’accidents de voiture et se suicident plus pendant leurs « règles ». On ajoute rarement que le pourcentage de femmes ayant un accident ou se suicidant reste très inférieur au pourcentage des hommes.

D’un autre côté, les hommes réagissent aux cycles d’une manière découlant directement de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, acquise culturellement. Ils les nient.

« De la réticence à regarder en face leur asservissement biologique »

Cette réticence à regarder en face leur asservissement biologique a probablement atténué les symptômes mensuels des hommes par rapport à ceux des femmes, car le cerveau humain est extraordinairement puissant et influençable. En repoussant les recherches sur les cycles masculins dans une communauté scientifique largement composée d’hommes, elle a aussi retardé la prise en compte pratique des rythmes biologiques dans le traitement des maladies ou dans la protection contre les maladies mentales et physiques. (La résistance aux maladies varie d’une phase à l’autre du cycle. Or cet aspect est rarement pris en considération dans les soins. Une équipe de recherche japonaise a découvert que des psychoses surviennent chez les hommes, adolescents et adultes, selon un cycle quasi mensuel.)

En diminuant le taux d’accidents, l’étude des cycles des hommes pourrait même avoir des implications commerciales et sociales intéressantes.

Ainsi, la direction d’Omi Railway Company, au Japon, a voulu étudier le comportement humain par pur pragmatisme et décidé d’accepter le fait que l’humeur et l’efficacité des hommes suivent des cycles lunaires. L’entreprise exploite un système de transport privé de plus de 700 bus et taxis dans les quartiers de circulation dense de Kyoto et d’Osaka.

Les accidents causaient des pertes élevées pénalisant les activités de la régie de transport. L’expertise en efficacité d’Omi remonte à 1969. Les spécialistes ont mené des études sur chaque homme et ses cycles lunaires afin d’adapter les trajets et les horaires et de les faire coïncider avec la période mensuelle judicieuse pour chaque travailleur. Omi a constaté une chute d’un tiers du taux d’accidents depuis deux ans, malgré la hausse de la circulation pendant cette même période. L’entreprise constate un avantage non négligeable pour elle-même et pour son personnel masculin.

 « Un autre type de cycle, quotidien ou circadien, a souvent été ignoré ou considéré comme acquis par les hommes et les femmes »

La ménopause des hommes a fait l’objet de recherches un peu plus fréquentes que leur cycle mensuel, mais qui demeurent insuffisantes.

La ménopause des femmes désigne la fin abrupte d’une cyclicité évidente, rendue encore plus traumatique par divers facteurs culturels. Les femmes âgées sont souvent considérées comme présentant moins de valeur sociale que les hommes âgés. Et le rôle principal des femmes en tant que mère s’achève à l’heure de la ménopause, car les enfants prennent leur indépendance et quittent le domicile familial.

La ménopause des hommes semble moins traumatisante, en ce qu’elle constitue une réponse sociale et psychologique à une crainte généralisée de vieillir et de mourir. Ils sont alors vraisemblablement au sommet de leur carrière pendant cette période particulière, ce qui contraste singulièrement avec la place de la plupart des femmes. (Parmi les femmes, celles ayant constamment travaillé de manière satisfaisante et valorisante souffrent nettement moins des symptômes de la ménopause.)

Cependant, il faut aussi noter que la baisse de sécrétion de testostérone, l’hormone masculine, se fait progressivement entre la jeunesse et l’âge mûr, bien que chez certains hommes, cette baisse de production de l’hormone sexuelle soit plus abrupte que chez d’autres. Peu d’études portent sur cette partie du cycle des hommes. Peut-être qu’encore une fois, les hommes, même scientifiques, nient leur cyclicité. (On peut aussi se demander s’ils ne préfèrent pas ne pas le savoir.)

Il devient nécessaire de pousser les recherches sur la ménopause masculine pour pouvoir soulager médicalement les hommes de certains symptômes et pour qu’ils souffrent moins des implications personnelles qu’implique le déni de faits biologiques.

Tous les êtres vivants suivent un cycle lunaire, autant que des cycles plus longs comme l’enfance, la puberté, l’âge adulte et la sénescence. Toutefois, il existe un autre type de cycle, quotidien ou circadien, souvent ignoré ou considéré comme acquis par les hommes et les femmes.

Les données qui commencent à émerger des hôpitaux et des laboratoires sont étonnantes. Elles montrent que les hommes et les femmes naviguent dans un flux constant d’hormones, d’humeurs, de force et de faiblesse selon un rythme de 24 heures. Nous dormons et nous nous éveillons, la température de notre corps croit et décroit au rythme des hormones (y compris, sexuelles), et cela cause des variations d’efficacité et de libido.

Ce rythme circadien apparaît remarquablement régulier au fil du temps, et le changement de mode de vie peine à le modifier. Il est aussi lié à l’âge : les événements biologiques des jeunes enfants sont moins prévisibles, et les personnes plus âgées montrent des signes de désorganisation dans leurs horaires. Matures et en bonne santé, les adultes vivent une série de changements quotidiens avec la régularité d’une horloge, tout comme ils et elles vivent les changements mensuels et des grands âges de la vie.

Le cycle hormonal le plus étudié est celui des changements périodiques des hormones surrénales (comme la cortisone), aussi appelées hormones du stress. La sécrétion de ces substances vitales est maximale lors du réveil et minimale après minuit. Leurs effets physiologiques ne sont cependant pas ressentis avant plusieurs heures après les pics et creux constatés dans leur taux sanguin.

La sécrétion des hormones sexuelles masculines et féminines suit un modèle similaire au fil de la journée. Les taux de testostérone sont maximaux tôt le matin et minimaux après minuit. Les effets fonctionnels semblent atteindre un pic plusieurs heures après la sécrétion effective des hormones. Elles provoquent des modifications subtiles d’humeur et de comportement, mais les hommes en ont rarement conscience. Une foule de tests psychologiques ont toutefois démontré que les variations d’humeur quotidiennes constituent une réelle toile de fond récurrente sur laquelle se jouent les réponses émotionnelles.

Le monde médical a prêté relativement peu d’attention à la signification de ces variations hormonales cycliques. Pourtant, la criticité de l’horaire dans l’administration de médicaments n’est plus à démontrer. L’horaire détermine les effets des médicaments, toxiques ou curatifs.

Une dose donnée d’amphétamines administrée à des rats au pic quotidien de leur cycle de température corporelle tue 77,6 % du groupe. La même dose administrée à d’autres rats de la même portée au plus bas quotidien de leur cycle d’activité n’en tue que 6 %.

Nous persistons malgré tout à prescrire et à consommer des gélules qui s’apparentent à des décharges de chevrotine et libèrent les molécules en proportions constantes dans le flux sanguin sans tenir compte des variations de sensibilité. Les overdoses sont probablement autant des erreurs d’horaires que des erreurs de dosage. Si une personne impose un stimuli puissant à son cerveau lorsqu’il se trouve déjà en phase de pic d’excitabilité quotidienne, elle s’expose à un danger mortel, alors que la même dose prise un autre jour à une autre phase du cycle d’excitabilité ne présente aucun risque.

Les cellules cancéreuses semblent également influencées par le rythme circadien. Elles se situeraient en phase d’activité métabolique et de division cellulaire hautes quand les cellules saines du même organe seraient en phase basse. Cet aspect a de multiples implications sur les thérapies, qu’il s’agisse de chimiothérapie ou de radiothérapie. Nous devrions au final parvenir à programmer les soins au moment où les cellules cancéreuses sont à leur pic de sensibilité face aux agents destructeurs, et où les cellules saines, y résistent le mieux. De moindres doses de ces agents toxiques soigneraient donc mieux, et le désagrément des effets secondaires s’en trouverait réduit.

Des spécialistes en clinique et en recherche commencent à suggérer que certaines catégories de cancers pourraient résulter d’une altération d’horloge interne. Les cellules cancéreuses adoptent un rythme anormal et ne suivent plus la discipline temporelle des tissus sains. Certaines personnes sont plus sensibles à une altération de leur cyclicité fondamentale.

Au vu de ces deux constats, des équipes de recherche émettent l’hypothèse que l’héritabilité du cancer pourrait être corrélée à une propension au dérèglement. La vitesse de réajustement d’une personne au travail de nuit pourrait alors constituer un indicateur de vulnérabilité aux maladies liées au dérèglement temporel. Ces individus, soulignent les conclusions de recherche, devraient donc éviter les horaires de travail irréguliers et les postes en équipes. Cette hypothèse encore théorique pourrait déboucher sur des concepts vitaux de médecine préventive à l’avenir.

Les troubles émotionnels peuvent également être accentués chez les personnes qui modifient fréquemment leur cyclicité. (Mais la tolérance individuelle varie. Idéalement, on pourrait exclure de ce type de poste les personnes les moins adaptées.) Les études montrent que les ouvriers et ouvrières qui changent souvent d’équipe de jour et de nuit sont les plus vulnérables aux troubles émotionnels et physiques.

Viennent ensuite les ouvriers et ouvrières qui restent en équipe de nuit, et présentent plus d’ulcères ou de troubles nerveux que leurs collègues travaillant de jour. On constate que les personnes travaillant régulièrement de jour sont celles en meilleure santé.

Qui vole de nuit entre Tokyo et Beijing voit son rythme circadien sérieusement perturbé. Son activité cérébrale en pâtit également. En outre, tout le monde ne dispose pas des mêmes capacités à récupérer et à reprendre un cycle normal de sommeil, de performance ou général.

Certains des tests préférés des hommes en matière d’endurance sont liés à la capacité de fonctionner de manière satisfaisante sans sommeil. Se pourrait-il que nous fassions lourdement erreur ? Les internes, par exemple, travaillent traditionnellement en équipes 24h/24h pendant la majeure partie de leur internat. Tout se déroule comme si cet aspect faisait partie intégrante de la formation des médecins, à l’image des rites de passage de la puberté chez les premières nations. Une étude récente parue dans le New England Journal of Medicine indique que la privation de sommeil chronique nuit gravement à la performance des internes, indépendamment du degré de virilité du ou de la stagiaire.

L’étude constate que « les internes que l’on prive de sommeil ressentent davantage de tristesse et une baisse d’énergie, des signes d’égoïsme et de perturbation sociale. En outre, ils et elles développent nombre de symptômes psychopathologiques… »

Nous ne remettons pas nos horloges internes à zéro si aisément. Même après dix heures de sommeil, la privation de sommeil antérieure entraîne une « baisse de vigilance à la tâche ». L’article conclut sur le fait que nous ne résistons qu’à un faible manque de sommeil avant que nos fonctions émotionnelles et intellectuelles ne se détériorent.

Les hommes ont du mal à admettre qu’ils ne maîtrisent pas la nature. Pendant la Deuxième guerre mondiale, le docteur Nathaniel Kleitman de l’université de Chicago a étudié pour la Navy les schémas de sommeil des marins, qui travaillaient traditionnellement en équipe de quatre heures pendant leurs obligations militaires. Le docteur Kleitman a mesuré les cycles de température corporelle et corrélé ces variations avec l’efficacité de leur performance durant le cycle de quatre heures. La conclusion sans appel a montré que cette gestion physiologique catastrophique de la flotte entraînait des coûts gigantesques liés à l’inefficacité des réactions.

Le docteur Kleitman a publié un rapport scientifique éloquent sur ses conclusions. La Navy l’a remercié courtoisement et poursuivi les cycles de quatre heures de travail jusqu’à ce jour.

« Les chaînes des femmes ont été forgées par les hommes, pas par l’anatomie. »

Au vu de ces données et d’une foule d’autres preuves de résistance masculine, il est peut-être optimiste de s’imaginer que nos hiérarchies masculines acceptent de prendre des leçons auprès de femmes, ou même de Japonais, dans le domaine difficile à admettre des cycles mensuels. L’effondrement du mythe de la stabilité masculine pourrait générer chez les hommes le même type de traumatisme que celui infligé par Copernic, à savoir que les hommes n’occupent pas le centre de l’univers.

Toutefois, les hommes – et les femmes – ne doivent pas perdre espoir. Ce qui nous sépare des babouins et d’autres animaux, même si Lionel Tiger a du mal à le reconnaître, c’est notre cortex cérébral, très différent.

En tant qu’Homo Sapiens, nous sommes les êtres pensants. Nous partageons avec d’autres créatures vivantes des chaînes temporelles. Cependant, les êtres humains seuls, disposent de l’extraordinaire plasticité de comportement liée aux capacités exceptionnelles de notre cortex cérébral. En d’autres mots, nos esprits contrôlent nos comportements à un point qu’aucun autre animal n’atteint. Nous vivrions peut-être mieux, toutes et tous, si nous reconnaissions les cycles contrôlant les êtres humains, hommes et femmes, ainsi que les capacités intellectuelles qui peuvent en atténuer les symptômes.

Thomas Jefferson a souffert de migraines chroniques tout au long de sa vie. Abraham Lincoln traversait des périodes de dépression chronique. Les candidates potentielles au pouvoir dans ce pays ont des cycles, comme tous les êtres vivants à divers degrés. Cependant, les femmes ne sont pas encouragées à les atténuer et travailler sur leur cycle. Les chaînes des femmes ont été forgées par les hommes, pas par l’anatomie.

Nous devrions toutes et tous avoir pleinement connaissance des diverses forces qui nous influencent.

« Et le Temps me piégeait, vert et mourant,   

 Tandis que je chantais dans mes chaînes comme la mer. »

Dylan Thomas

 

Source : 27 mai 2020, DrE Estelle Ramey et Jessica Stender